ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Obésité

1951-5995
Revue francophone pour l'étude de l'obésité
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2006 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/3 - 2007  - pp.215-220  - doi:10.1007/s11690-007-0064-6
TITRE
Diversité du microbiote et de ses fonctions

TITLE
The diversity of the human microbiota and its functions

RÉSUMÉ

L’ensemble des micro-organismes (microbiote) associés au corps humain représente au total 10 à 100 fois plus de « cellules » que n’en contient celui-ci. Les liens fonctionnels qui unissent l’organisme humain et son microbiote sont le fruit d’une longue coévolution. Cette association peut être considérée comme mutualiste. Colonisé dès la naissance, l’hôte développe une tolérance vis-à-vis du microbiote résidant non pathogène qui colonise de façon stable ses muqueuses et sa peau, et atteint une densité maximale dans les segments distaux du tube digestif avec 1011 micro organismes par gramme de contenu. En retour, les micro-organismes intestinaux établissent ce que l’on considère aujourd’hui comme un dialogue moléculaire avec nos cellules, jouant un rôle déterminant dans le développement de l’immunité innée et adaptative, l’angiogenèse des tissus de l’intestin, le métabolisme de composés d’origine alimentaire ou endogène et la physiologie intestinale, ainsi que dans la protection directe contre les micro-organismes potentiellement pathogènes. L’utilisation d’outils moléculaires a permis des avancées très significatives dans la connaissance de la composition du microbiote. L’exploration fonctionnelle du microbiote intestinal est aujourd’hui en marche suivant une approche globale - la métagénomique intestinale - qui ouvre des perspectives plus riches encore que n’ont permis les avancées de la décennie passée.



ABSTRACT

The microorganisms associated with the human body (the human microbiota) represent 10 to 100 times the number of the body’s cells. The functional relationships between the body and its microbiota derive from a long co-evolution that led to a mutualistic association. Colonized at birth, the human host develops tolerance to nonpathogenic, resident microorganisms that constitute a stable environment in the skin and mucosae, reaching a peak density of 1011 microorganisms per gram of content in the distal segments of the large intestine. In return, intestinal microorganisms establish what is now recognized as a molecular dialogue with our cells, playing key roles in the development of immunity, angiogenesis in intestinal tissue, metabolism of nutrients and endogenous compounds, intestinal physiology, and the direct protection against potential pathogens. Various molecular tools have permitted highly significant advances in our knowledge of the human microbiota’s composition. A functional exploration of the intestinal microbiota is currently under way using a global approach called intestinal metagenomics, which has the potential to reach far beyond that which led to the advances of the past decade.



AUTEUR(S)
G. CORTHIER, H. SOKOL, J. DORÉ

MOTS-CLÉS
Microbiote intestinal, Colonisation microbienne, Homéostasie intestinale, Métagénomique

KEYWORDS
Intestinal microbiota, Microbial colonization, Intestinal homeostasis, Metagenomics

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (121 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier